Précaire de la fonction publique

Publié le par CC

Ma meilleure amie est prof de lettres classiques dans un collège. Elle est professeur principal d'une classe de 3ème, les parents lui font confiance, sa hiérarchie aussi. Bientôt, elle aura une visite de l'inspecteur de lettres du rectorat. Une inspection dans les règles de l'art.

Ce qui est étonnant, c'est qu'elle n'est pas payée autant que moi qui suis pourtant prof de lettres (modernes, mais ça ne change rien) et professeur principal aussi. Son salaire n'évolue pas selon les critères d'échelon.

Ce qui est étonnant, c'est qu'elle ne sait pas si elle travaillera en septembre prochain.

Une chance, elle a un contrat qui lui permet d'être tout de même payée un peu en juillet et en août.

Ce qui est surprenant, aussi, c'est que l'année dernière, malgré sa formation en lettres (modernes, en fait...), elle enseignait aussi l'art plastique et l'histoire dans un lycée technique.

Elle n'a pas le CAPES.

Elle le passe chaque année depuis 6 ou 7 ans.

Les places, chaque année, diminuent comme peau de chagrin tandis que le nombre de candidats augmente. On parle de 13500 postes non remplacés...

Mais les élèves sont là et il faut bien des gens pour leur faire des cours. Moins d'élèves ? Tu parles...

Et d'ailleurs, pour l'instant, mon amie retrouve un poste à chaque rentrée.



Elle aimerait avoir des enfants et accéder à la propriété. Elle aimerait, à 30 ans, s'installer dans la vie.

Quand elle entre dans une banque, elle a beau dire qu'elle est prof, on lui refuse un prêt immobilier.

Quand elle parle d'avoir un bébé avec son cher et tendre, elle ne peut s'empêcher d'être inquiète...Où sera-t-elle en septembre prochain ? Trouvera-t-elle un poste à l'année ? A combien de kilomètres de son logement ? Pourront-ils louer un appartement plus grand ?

Bref, elle est précaire.

Mais prof...

CC

Publié dans L'école pour les nuls

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flèche 23/03/2009 08:23

Cette précarité ne date pas d'hier. Ca fait des années et des années que c'est ainsi, mais peu de personnes en parlent.Très intéressant pour le gouvernement, tant que la personne n'a pas le concours, elle n'est jamais sûre d'avoir un poste et est toujours payée au même salaire.

CC 21/03/2009 13:55

@Marc...encourageant ? C'est encourageant parce que les profs ont des salaires si minables qu'ils hésitent à prendre plusieurs jours de grève quand ils ont des enfants et des emprunts sur le dos ???C'est encourageant parce que les profs pensent aux échéances de leurs élèves ????Décourageant...CC

marc d'Héré 21/03/2009 12:41

Il y a au coeur de votre article un appel à la grève du 19 mars...Il y a eu nettement moins de grévistes dans la fonction publique le 19 mars que le 29 janvier...21 contre plus de 25%...! C'est très encourageant.

emelire 20/03/2009 10:58

oui ma banquière me disait que maintenant elle passe son temps à refuser des prêts immobiliesr et qu'elle déprime à cause de ça !!! vu le prix des loyers en + ! c'est vrai qu'à 30 ans c'est l'âge de ces grandes décisions. Je pense aussi qu'avant les gens héritaient + tôt (un peu horrible ce que j'écris ;o) parfois de peu ... mais au moins c'était un "coup de pouce". Ensuite les vieux ont aidé leurs jeunes (les vieux qui le pouvaient !!!) coup de pouce pour l'accession à la propriété, coup de pouce pour garder leur petit-fils/petite fille, coup de pouce pour Noël, prendre des vacances, etc... MAIS là maintenant les vieux aussi ont TOUS (sauf les riches) des problèmes, et s'il FAUT travailler jusqu'à 70 ans ... COMMENT aider les jeunes (parents) etc. ... Pour la 1re année ma mère ne m'a rien donné à Noël, parce qu'elle se faisait soigner les dents... malgré une mutuelle + la sécu ... ça a été très cher pour elle. j'ai eu un Noël après ... mais je me dis aussi que j'aurais pu ne rien avoir du tout, et ça sera problbalement le cas bientôt si ça continue ! Donc quand toute la classe dit moyenne vit comme ça, ceux qui étaient déjà pauvres avant ... ne vont plus pouvoir.

Yann 19/03/2009 17:58

Combien sont-elles, sont-ils malheureusement dans ce cas ? Si l'éducation et la recherche ne sont pas les fers de lance de nos prospectives gouvernementales aujourd'hu, viendra le chaos.