Du cul et de mon métier

Publié le par CC

Pour ce qui est de parler de mon métier, je ne le fais et ne le ferai ici que de manière extrêmement générale, sans jamais citer de nom ou de situation précise, en décalant dans le temps les événements, en les dramatisant, au sens littéraire, bien sûr. Je n'ai jamais cité de lieu précis et je n’en citerai pas…Question de protection de ma vie privée, mais aussi du droit de réserve qui caractérise ma profession... Mais, j'écris toujours, je donne toujours mon point de vue sur mon métier parce que je crois encore un peu à la liberté d'expression. Et je crois que ça peut intéresser quelques personnes. Ce métier a besoin d'une profonde reconfiguration, il est en mouvement, c'est un métier qu'on se doit de défendre aussi...Et je ne vois pas pourquoi je serais censurée (ou que je me censurerais) puisque des tas de livres, de témoignages de toutes sortes paraissent en permanence sur le sujet...(Voir La Fabrique du crétin et autres pamphlets de la même eau qui ne sont pas censurés et qui ne font pas vraiment dans la finesse et la mesure...)
 
Il serait très attentif, le lecteur capable de me situer ailleurs que dans un vaste grand est de la France...et ça fait quand même pas mal d'établissements et de profs de français. Lesbienne ou pas. Parce que je ne suis pas la seule prof de français lesbienne travaillant dans un vague grand est (à situer entre Grenoble et Lille, on va dire, hein...)
 
Pour ma vie privée, c'est un peu pareil : je ne dis rien ou pas grand chose qui ne passe par le filtre de l'écriture, du raconter, du littéraire. Je ne dis que ce que je veux dire. Et vous ne lisez que ce que vous voulez y lire. Il serait bien malin, le lecteur capable de me dire avec qui, dans quelle position et combien de fois par semaine je pratique l'acte d'amour conjugal...Maintenant, bien sûr, on n'est pas à l'abri des pervers et des tatillons...
 
Enfin, mon regard n'est qu'un regard et n'a pas la prétention d'être autre chose : je donne un point de vue, une image mouvante, ma perception. Même pas une expérience. Juste les réflexions que je peux tirer de mon expérience. Et encore avec le recul et le filtre des mots et des sous-entendus que je ne fais que pour moi.
 
Si j'écris, c'est pour moi. D'ailleurs, j'ai pris le temps de le faire, mais c'est parce que ça me tient à coeur : j'ai sauvegardé les trois années de mon blog, en entier. C'est ma mémoire.
 
Voilà.
CC

Publié dans bah !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CC 26/03/2007 21:13

Droopy (euh...Droopy ? Enfin, je veux dire, Droopy, la Droopy que je connais ? Euh..Oui, sûrement !)
Merci de me retrouver ici !
Sinon, oui, j'écris pour moi...Et j'ajoute : "Et je crois que ça peut intéresser quelques personnes."
Alors je suis ravie que ça intéresse, en effet !
De toute façon, je ne peux pas m'arrêter d'écrire !
Bisous et à bientôt !
CC

Droopy 26/03/2007 20:13

Chère CC,
 
 Je lis avec plaisir et attention cette page si joliment intitulée  "du cul et de mon métier". Je me sens proche de tes idées sauf que le dernier paragraphe me gene un peu : es-tu sure de n\\\'écrire que pour toi? Afficher ses pensées sur la toile, pour l\\\'intimité, y\\\'a mieux!!!
Arrete un peu de te voiler la face : bien sur que tu écris pour les autres. Merci pour eux! Si tu écrivais uniquement pour toi, tu aurais caché toutes tes pensées dans un véritable journal intime, mis à l\\\'abri dans une boite, enfouie au fond du jardin!
 Heureusement tu ne le fais pas. Heureusement tu écris aussi pour nous. Je peux me divertir et savourer quotidiennement un brin de ton humeur du jour.
Alors merci d\\\'avoir réouvert ton blog. Je lui souhaite longue vie.
 
Droopy