Vanités...

Publié le par CC

CHAPITRE II
            L’homme qui présidait la séance était un peu grincheux. C’était le professeur Degroindeux. Il ne supportait pas la moindre allusion sexuelle, la moindre immoralité. Il tournait alors les yeux vers le ciel, il remuait la tête en soupirant. Ce triste personnage avait de quoi soupirer : l’intervenant venait tout spécialement d’Atlantic City pour parler de la littérature érotique féminine de la fin du XXème siècle. Il était question de saphisme, de sexualité collective, de zoophilie et de toutes sortes de choses qui effaraient notre bonhomme. Il était royaliste, haïssait la Révolution Française et le marxisme…bref il s’agissait d’un vieux réactionnaire que l’organisateur du colloque, Charles Marie avait nommé président de séance de ce colloque en guise de vengeance personnelle : le royaliste était alors obligé de passer la parole à ses chers collègues qui nous avaient fait l’honneur d’être parmi nous… Il en attrapait de l’eczéma ! Et l’organisateur jubilait ! Une blague de potache ! Dans dix ans on en parlerait encore ! Les universitaires sont taquins !
CC
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CC 16/04/2007 15:01

Pas de cul ? rien que dans ce post il est question de "littérature érotique féminine de la fin du XXème siècle...saphisme, de sexualité collective, de zoophilie " C'est déjà pas mal !!! ;)
Bisous

Fil 16/04/2007 14:56

Forcement, s'il n'y a pas de cul, comment tu veux que ça interese Blogland. :))
Continue à publier...