Se taire ou non ? Non !

Publié le par CC

J'ai appris qu'un lecteur fidèle mais discret me reprochait d'être un peu virulente, sur ce blog...D'y aller un peu fort.

Ce qui, en ma qualité de fonctionnaire d'Etat pouvait poser problème.

Tout d'abord, j'ai l'espoir que nous sommes toujours en démocratie. Certes, on a parfois quelques raisons d'en douter...Mais la démocratie a besoin de liberté. Si, par crainte, nous n'usons plus de cette liberté, alors la démocratie s'étiole et finira par mourir.

Ensuite, je crois que le plus souvent, je suis dans le registre de l'humour, de l'ironie, de la satire, tout au plus...

Le rire ou le sourire, même grinçant, permet de dédramatiser les situations les moins drôles...

Enfin, j'adore les commentaires !

N'hésite pas, lecteur fidèle qui se sera reconnu !

Et puis pour ce qui est de l'engagement, mon engagement et celui de quelques autres blogueuses talentueuses, c'est sur le blog Femmes Engagées que ça se passe.

CC

Publié dans bah !

Commenter cet article

Stephane H 11/05/2009 16:02

J'aime beaucoup ce que tu fais, ton travail vaut mieux que celui de n'importe quel JT, qui plus est ne sont pas du tout à la hauteur de ce qu'ils devraient être. A bientot

Geneviève 23/02/2009 16:43

Je crois que tout se dit... Le tout est de trouver l'angle qui permet de pénétrer dans l'univers de l'autre sans le braquer. Ce qui est passablement compliqué, c'est de préserver la liberté de notre expression tout en permettant à l'autre de poursuivre la conversation. Il ne peut pas y avoir d'engagement - celui dont vous parlez - sans qu'il y ait la liberter d'occuper pleinement son territoire!

sendigovius 19/02/2009 00:11

Il y a tout juste quelques instants je faisais parvenir une réponse détaillée à une blogueuse domiciliée sur ce site;ceci uniquement dans l'intention d'introduire un peu d'agitation vaine dans un contexte qui précisement fait la part belle à la vacuité,l'infinitude des riens,le non accomplissement des vaticinations les mieux argumentées..Bref,je m'attends au pire compte tenu du risque ,volontairement encourru ,de "choc en retour"..Votre adhésion récente -malgré mes recommandations réitérées-à l' assos "Charité bien ordonnée" me conduit à rappeler les circonstances naguére de notre rencontre.C'est pourquoi la réponse que je disais tantôt peut se lire comme une préparation dialectique à ce que je me vois contraint de vous dire aujourd'hui.Il ne fait aucun doute, à mes yeux ,que i'intrépide jeune femme qui prenait en note ,in extenso, les attendus dormitifs du procés Vatalapesca ,et qui suscitait l'admiration sans reserve des stagiaires du barreau de C.. dont j' etais dans les années 40 a considérablement mis de l'eau dans son vin..Vous répugnez aujourdhui à voir dans la dame blanche du bord des routes (notamment dans le département de l'Aude) une authentique manifestation de la souffrance des êtres décorporés en quéte de reconnaissance...Loin de moi i 'idée de porter un jugement dépréciatif eu égard à vos engagements multiples..La cause de ceci et encore de cela! La liste ne saurait atteindre à l'exhaustivité..Mais à quel ressort secret ressortit votre désaveu manifeste du "Qu'en est il de l'Autre et du même,dans l'imminence du poème?"( pour qui se demande en son for,qu' en est il du faible,du fort ..)

BA 17/02/2009 11:36

Pas possible d'y échapper, on vous le répète sur tous les tons, sur toutes les ondes, matin, midi et soir depuis le déclenchement de la crise : « l'euro nous protège. »C'est archi faux.
D'abord, on en parle peu en France, mais plusieurs pays de la zone euro envisagent désormais publiquement de se doter d'une nouvelle monnaie nationale (pour l'heure, il s'agit du Portugal, de la Grèce et de l'Espagne. L'Irlande et l'Italie seraient sur le point de les rejoindre).Mais, surtout, la dernière livraison de statistiques d'Eurostat, l'INSEE européen, finit de rétablir la vérité. Il serait bien que tout le monde diffuse ces chiffres pour contrecarrer la propagande pro-euro.Si l'euro nous protège, c'est d'abord manifestement de la croissance et de la prospérité. En effet, au dernier trimestre de l'année 2008, le produit intérieur brut de la zone euro a reculé de 1,5%, soit un chiffre encore pire que celui enregistré aux Etats-Unis, épicentre de la crise (- 1%).Autre nouvelle qui contredit le soi-disant effet protecteur de la monnaie unique : la zone euro est entrée en récession avant l'Union européenne, dès le 3ème trimestre de 2008, alors que l'UE était encore globalement en croissance. Autrement dit, les pays européens qui n'utilisent pas l'euro ont conservé plus longtemps de meilleures performances économiques.Pour résumer :
- La zone euro est entrée en récession la première. 
- Elle connaît la dépression la plus sévère du monde.
 - De surcroît, elle sort d'une période de 10 ans de faible croissance, la plus faible du monde.Mais à part ça, rassurez-vous, « l'euro nous protège. »
 
 
http://www.marianne2.fr/Comment-l-euro-nous-protege_a175243.html

Mathieu L. 17/02/2009 02:04

Il faut quand même faire attention. En tant que fonctionnaire, nous sommes quand même soumis au devoir de réserve. Et on sait que nos ministres surveillent maintenant avec assiduité la blogosphère.